top of page

La licence sciences pour la santé, possible alternative aux PASS et L.AS ?

Dernière mise à jour : 17 janv.

Plus d’une vingtaine d’universités en France proposent une licence en sciences pour la santé (LSPS). Si elle permet parfois - et de plus en plus souvent - d'intégrer les études de médecine, maïeutique, pharmacie ou odontologie, elle ouvre également d'autres portes en lien avec le milieu médical.


Si vous n'en n'avez pas encore entendu parler, cela ne saurait tarder. La licence de sciences pour la santé a de plus en plus la côte. Rien qu'en 2022, les élèves de terminale ont fait près de 45.000 vœux sur Parcoursup pour cette filière. Mais si la santé attire, il faut encore se demander ce que l'on met derrière…

https://www.focus-avenir.com/conseil-orientation-scolaire-paris

Quel est le contenu de la licence sciences pour la santé ?

La licence de sciences pour la santé est un parcours d’études de trois ans à l’université, destinée aux élèves intéressés par les métiers de la santé (professionnels de santé ou non) et disposant d'un bon niveau en sciences.

La première année comprend le plus souvent une dominante biologie et des cours de mathématiques, physique et chimie. À l’université de Créteil, par exemple, "on voit au premier semestre ce que c’est qu’un atome, comment se forme une cellule, les fonctions de la cellule, les tissus et organes puis au second semestre on étudie l’anatomie, la physiologie",

Les élèves de première année suivent également des unités d’enseignement transversales (langues, sciences humaines en lien avec la santé, méthodologie…) ainsi qu’une "mineure" dans une autre discipline pour faciliter la passerelle vers une autre filière si l’étudiant désire changer de cursus.

Au cours des deuxième et troisième années, les cours de biologie sont approfondis et comprennent des unités d’enseignement de biochimie, biotechnologie, pharmacologie, toxicologie, santé publique. Certaines universités proposent des parcours de spécialisation (biotechnologie, microbiologie, neurosciences, physiopathologie…) en L3.

source : l'Etudiant

14 vues0 commentaire